FavoriteLoadingA 0




ADS

Touches:

Meilleur Soccer Champions, Meilleur Soccer Champions jeux, Jeux de Meilleur Soccer Champions en ligne, Jeux de Meilleur Soccer Champions gratuits en ligne

Maître ! On dirait qu’il ne nous reconnaît pas. Wing-sing jeux Vous me reconnaissez ? Que faites-vous ici ? Pas mariée à San Francisco ? J’ai trouvé quelqu’un. Plus par là. Prêts ? Maître, souriez. J’arrive. En , Sei-mui et Wong Tung se sont mariés. Encore une. Peu après, Wong Tung perdit son emploi de gardien de prison. J’ignore pourquoi. Il décida alors d’enseigner le kung-fu. Il pria le maître de lui écrire une plaque. Le maître lui fit celle-ci. LE VRAI WING CHUN Certains y virent du favoritisme. Simplement, Tung avait osé demander. Si d’autres l’avaient fait, le maître aurait accepté de même. Ton enseigne est accrochée. Si tu veux refuser un élève, il te faudra une raison solide. C’est pourquoi le maître ne voulait pas d’enseigne. Pour lui, avec son caractère, un refus était un refus. L’hypocrisie lui était étrangère. Mais Wong Tung avait peu de moyens et un bébé arrivait. Il ne pourrait jamais refuser un élève. Malheureusement, les élèves ne se bousculaient pas. Tung. Pas mal. Un combat à la Citadelle, ça te dit ? Chan a gagné cinq fois d’affilée. Il a touché un paquet. Sing ! Sei-mui. Ça ne nous intéresse pas. D’accord. J’y vais. Penses-y. Bien. Bravo ! Wong Tung remporte combats de suite. Je suis très satisfait des paris. Je garde ça pour Tung. Si tout à coup, il venait à perdre, je serais comblé. Comblé. Comblé ? Avec le Wing Chun, on ne perd pas comme ça. Tu le sais ? Maître Ip qui enseigne le kung-fu ? Tu es son fils ? Après la mort de maman, papa insista pour que je le rejoigne. En , je suis enfin arrivé à Hong Kong. Après une longue marche, je suis arrivé à Shamshuipo où se trouvait son école. En parlant de marche, il me battait largement. Chaque matin, nous nous baladions partout. Il aimait m’emmener au quartier Central. À Central et Sheung Wan, il me montrait du doigt des boutiques dont les patrons étaient ses camarades du lycée St Stephen. Parmi eux, Tang Shiu-kin, fils d’un homme fortuné. Mais il n’était jamais allé le voir. Mon père détestait solliciter les gens. Il ne m’a jamais forcé en rien



Remonter