PUB



FavoriteLoadingA 0




Touches:

Goal Rue, Goal Rue jeux, Jeux de Goal Rue en ligne, Jeux de Goal Rue gratuits en ligne

Vous m’arrêtez ? Dès que leur déposition sera enregistrée. On a reparlé à votre soeur. Je veux lui parler. Ce n’est pas possible, vous pourriez l’influencer. Elle a dit que vous ne regardiez pas le match, mais les infos. Les reportages sur les flics tués. Je parie que ça vous a donné envie. On regardait le match, ils n’arrêtaient pas de diffuser des flashs. Laissezmoi vous poser une question. Pourquoi on les aurait tués ? Demandezleur. On est vraiment coincés làdessus. Imaginons. Pourquoi on tuerait un flic ? Et vous ? J’ai pas tué de flic. Imaginonsjeux Je vais vous dire ce que je pense. Les gens en ont marre d’être traités comme des criminels. Marre d’être enfermés dans des pièces comme celleci, et qu’on leur pose des tas de questions auxquelles ils ne peuvent pas répondre. Où étiezvous hier soir ? Comment connaissiezvous la victime ? Pourquoi l’avezvous fait ? Qu’estce qui vous a poussé à tuer ? Vous ne savez rien sur moi. Je sais que je vous impressionne. Inspecteurs ? Les médecins viennent d’appeler. La victime est consciente. C’était bien comme ça ? Oui. Merci. Il a réagi à ce que vous avez dit. Non, je l’ai perdu. Car vous avez laissé retomber la pression. A quoi bon plonger davantage dans son esprit ? C’est inutile. Quelque chose ne va pas ? Tout va bien. Alors allezy et coincezle. Faites comme chez vous. Diteslui d’arrêter de me regarder. Reculez. La rumeur dit que l’argent de la collecte va servir aux poursuites. Pour payer un avocat qui va attaquer la police. La famille défunte en fait ce qu’elle veut, comme à chaque fois. Les gens sont vraiment à bout ici, tu le sais ? Ne remue pas le couteau dans la plaie. Ce n’est pas moi qui ai choisi l’heure. J’étais ton instructeur. Je ne t’ai pas appris ça. Entuber la police ? Désobéir au capitaine ? Je comprends que tu sois à bout avec ce qui s’est passé. Mais ce qui t’embête vraiment, c’est que si on m’avait écouté, Carl et Scooby seraient peutêtre encore vivants. Vous n’êtes peutêtre pas un tueur de flics, mais vous avez certainement essayé de tuer cette fille hier soir. Au moment où je vous parle, elle vous a identifié comme étant son agresseur. Vous avez acheté un pack de sodas et deux paquets de cigarettes. Le vendeur a dit que vous étiez pressé. Vous avez flairé une occasion. Elle est descendue du bus, a traversé la rue avec ses écouteurs. Vous avez mis vos sodas dans la voiture, et l’avez suivie en attendant votre moment. Vous l’avez saisie. Vous portiez des gants en latex pour ne pas laisser d’empreintes mais aussi pour avoir une bonne prise. Son cou était fin, fragile. Sa panique vous excitait, et c’est là tout l’intérêt. Tout ce que vous voulez, c’est finir. Sa jugulaire bat, l’oxygène a du mal à arriver au cerveau. Sa gorge cède, son urine se répand sur le sol. Elle pleure, elle n’a plus la force de se battre. Ses yeux se révulsent. C’est fini. Vous regardez ses yeux et tout ce que vous voyez, c’est l’obscurité. Et presque immédiatement, vous vous sentez coupable. En tort.



Remonter