FavoriteLoadingA 0




ADS

Touches:

La Super Ligue De La Coupe Du Monde, La Super Ligue De La Coupe Du Monde jeux, Jeux de La Super Ligue De La Coupe Du Monde en ligne, Jeux de La Super Ligue De La Coupe Du Monde gratuits en ligne

Arrange ma robe pour que j’attire le regard du séduisant prince Hillenbrand. Même si tu étais un aimant, tu n’attirerais rien de tel. Viens. Cendri, coiffemoi. Vous me faites faire ces choses ridicules et impossibles sans me laisser manger ni dormir ! Vous m’enfermez dans un clapier. J’en ai assez ! J’ai une bonne nouvelle. J’ai été promu. Ça, c’est la bonne nouvelle. Et la mauvaise ? C’est que je dois dire au revoir à mes amis. Je quitterai Omori demain. Rien en ce monde n’est sans espoir. Cendri. Si ta tête et ton cœur sont forts, tu peux tout réussir ! N’aie pas peur, mon enfant. Je suis la bonne fée, ta marraine. Tu peux me féliciter. Et voilà, il part. Comme ça. J’ai jeux Quatre rois. Tiens. Le baron a été vaincu, Tinker. Ah oui ? On aura du sucre ce soir. Tu l’as, Miller ? Envoyez un autre seau ! On aide les Japonais, à présent ? Autant laisser ça brûler. Passez au suivant ! C’est ça. Des B, les gars ! Ce ne sera plus très long. Je ne m’emballerais pas trop à ta place. Si les Alliés gagnent, les Japonais donneront l’ordre de tous nous tuer. Je les ai entendus. Si on gagne, on meurt. On est censés prier pour quoi, alors ? À terre ! À terre ! Prends tes affaires. On déménage. Pour aller où ? Je n’en sais rien. À un nouveau camp. Le Ritz de Tokyo. Un endroit où les Alliés ne nous trouveront pas. Vous êtes au camp de prisonniers de Naoetsu. Je suis le sergent Watanabe, votre commandant. Vous êtes des ennemis du Japon. Vous serez traités en conséquence. Vous aiderez les Japonais en travaillant sur les barges de charbon. Quiconque refusera de travailler sera exécuté. Pourquoi ne me regardestu pas dans les yeux ? Vous dormirez ici, les gars. Vous deux, ici. C’est la fin, mes amis. Personne ne sait que vous êtes ici. Mieux vaut accepter votre destin. Votre président Roosevelt est mort. Louie ? Louie ? Ça va ? Prendsle ! Soulèvele. Soulèvele ! Audessus de ta tête. S’il l’échappe, abattezle. Allez, Louie. Vasy, mon gars. Vasy, Louie. Ne me regarde pas. Ne me regarde pas. Ne me regarde pas ! Ne me regarde pas ! Prisonniers de Naoetsu,



Remonter