PUB



FavoriteLoadingA 0




Touches:

Le Meilleur Coup Franc, Le Meilleur Coup Franc jeux, Jeux de Le Meilleur Coup Franc en ligne, Jeux de Le Meilleur Coup Franc gratuits en ligne

à ce que la tienne ne roule avant ! Chien de mécréant ! Idolâtre ! Et maintenant, filez rejoindre vos campements et porter partout la nouvelle : La Russie a des défenseurs ! Lave-toi les mains, Chevalier, après avoir touché cette ordure. Voilà un preux qui vaut bien notre Dobrynia en vaillance. Et en cœur notre Aliocha Popovitch. Et en force notre preux Sviatogor. Tu le mérites, nous allons te forger une armure en or. Et te voici une bonne pique de façon kiévienne. Merci pour vos chaleureuses paroles. Merci du fond du cœur. Le Prince, le Prince ! Faites place ! Ceci est ta récompense. Qu’on le porte en triomphe. Vive Ilya de Mourom ! Hourra ! Hourra ! Il faut se débarrasser de lui, ou ça va mal tourner pour moi. Kaline Khan ne pardonnera jamais cette offense. Et Vassilissa disparut… Ne te chagrine point, nous te trouverons fiancée de sang princier. Ni le sang, ni la fortune, c’est mon aimée qu’il me faut. Mon aimée que le cruel Tougar a enlevée. Mais je suis ici pour servir. Confie-moi tâche à ma main. Tu iras garder nos frontières, je t’envoie à Starodoubovets. En attendant le charroi, à nous le butin russe. Pour ta part, voici du bel argent. Pour ta part, voici de pur or. Et la troisième part c’est ma part du butin, la jolie prisonnière sera pour moi. Pour cette part la, je t’offre tout mon argent. Et moi, je t’offre tout mon or. Vous ne l’aurez ni l’un ni l’autre. Je la réserve pour Kaline Khan. Il m’en donnera bien la moitié du royaume Tougar. Que nenni ! Maudites âmes damnées ! Il n’en sera jamais ainsi ! Je saurai la libérer et la rendre à sa famille. Serait-ce un rêve, une vision ? Est-ce toi, ma chère Vassilissa ? Ilyouchenka ! Plus rien ne te fera du mal, ni l’épervier, ni le corbeau, ni le Tougar. Seigneur, il t’est ordonné de livrer du poisson à la cour. Tu entends ça ? Du poisson ! Il nous assomme, le prince, avec ses corvées. Ma cour vaut bien la sienne. Sais-tu, Plenkovitch, que tes gens chassent mes zibelines ? Oui-da ! Et toi, ne viens-tu pas pêcher le poisson dans mes eaux



Remonter