FavoriteLoadingA 0




ADS

Touches:

Grand 1-1 de Football, Grand 1-1 de Football jeux, Jeux de Grand 1-1 de Football en ligne, Jeux de Grand 1-1 de Football gratuits en ligne

Maintenant il nous envoie des enfants de choeur pour nous commander. Elle ne va pas nous commander, grande gueule. Elle va chevaucher en avant comme un symbole, une tête de proue, à laquelle les soldats se rallieront. Non, par les fesses de Vénus, je ne m’y rallierai point ! Je ne m’attends pas à ce qu’elle soit d’un grand secours dans la bataille. Néanmoins je lui suis reconnaissant. De quoi ? De nous donner une nouvelle chance. Il doit y avoir un autre moyen de donner des ordres à toute une armée. C’est la seule méthode que je connaisse. On donne des ordres aux capitaines jeux et ensuite ils les refusent ! Mais comment leur expliquer ? Comment allons-nous pouvoir faire comme ça ? Sincèrement, je ne sais pas. Père Pasquerel, que puis-je faire ? J’aimerais pouvoir t’aider, car je crois que tu as raison, mais je ne sais comment faire. Vous y jouez souvent ? Tous les jours, toute la journée. Là, tu empoches tout ! À partir de maintenant il n’y aura plus beaucoup de temps pour les jeux. C’est la Pucelle. La Pucelle. La Pucelle jeux celle qu’on suit. Est-ce qu’on peut faire quelque chose ? Peut-être, oui. Lâchez vos dés un instant. Lâche tes dés, l’ami. Ils m’ont dit que l’armée c’était comme ça, toutes les armées, qu’on ne pouvait rien y faire. Mais on ne peut pas avoir la victoire si on ne la mérite pas. Mais on est venus ici parce que tu nous as promis la victoire ! C’est vrai que Dieu nous a appelés pour l’oeuvre que nous allons accomplir, mais ça ne suffit d’avoir Dieu à ses côtés, il faut aussi que nous, nous soyons aux côtés de Dieu. Qu’est-ce qu’on doit faire, la Pucelle ? Pas de jeu. Pas de jeu ? Non, même en cachette. Et vous ne devez pas jurer ni invoquer le nom de Dieu en vain. Qu’est-ce qui se passe ? Pas de jurons, qu’elle a dit. Et vous devez renvoyer ces femmes. Quoi ? De quoi ? Pas de femmes. Il ne faut pas de civils qui suivent les troupes. C’est de nous qu’elle parle. Et avant de se mettre en marche chacun doit se confesser et se laver de ses péchés. Qu’est-ce qu’elle croit ? Qu’on est des moines ? Du calme ! Laisse-la parler ! S’il vous plaît, écoutez-moi. Tous autant que vous êtes. Vous voyez, je n’ai pas de force en moi. Pas de force dans mes bras. Il n’y a pas de force assez grande dans nos bras pour vaincre les Anglais. Notre force, c’est notre foi. Et si notre foi est détruite par toutes ces petites choses que Dieu a en horreur : serions-nous un million, nous serions battus et nous mourrions. Oui, approchez ! Et vous aussi ! Et pour ceux qui ne peuvent entendre : passez-leur le message ! Nous ne pouvons vaincre qu’en devenant l’armée de Dieu. Ce n’est pas facile d’être ici debout devant vous, et de vous demander ça. Peut-être ce ne sera pas non plus facile à réaliser. Mais je sais que si ces choses sont faites, alors, même si les Anglais tombaient des nuées et chevauchaient la tempête, alors nous les battrons. Même si leurs flèches tombaient du ciel en pluie même si leurs épées formaient un cercle d’acier, même si leurs canons crachaient comme le tonnerre des cieux, alors cependant ils seront à nous !



Remonter