FavoriteLoadingA 0




ADS

Touches:

Super Concurrentiels De Football, Super Concurrentiels De Football jeux, Jeux de Super Concurrentiels De Football en ligne, Jeux de Super Concurrentiels De Football gratuits en ligne

Je vous assure que ce n’est pas une position confortable. Mais avancez, voici notre grand Dauphin. Eh bien, je suis assis et j’attends la couronne promise, pucelle de Lorraine. Mais tu vois, je la porte déjà, la couronne. Je suis déjà couronné ! Tenez, votre Dauphin vous tend la main, jeune fille. Gentil Dauphin, c’est vous que je cherche. J’ai fait longue route pour vous trouver, et personne ne peut prendre votre place. Dieu m’a parlé par ses anges. C’est sa volonté que je vienne à votre aide et que vous soyez roi de France. Comment m’as-tu reconnu ? Je vous le dirai quand nous serons seuls. Quelle est ton opinion ? Cette fille est dangereuse, il y a un loup. Je jurerais qu’elle a été envoyée par vos ennemis. Mon Dauphin, je vous le dis, de cet instant la guerre va changer. et votre vie va changer. À vrai dire, Jeanne, je ne suis pas le genre de personne à qui Dieu semble s’intéresser. Vraiment pas. Je ne suis peut-être pas pire que tous les autres ici jeux mais Dieu se soucie peu de nous, si vous m’en croyez. Bon, j’ai été clair avec vous. Soyez honnête avec moi. Que voulez-vous ? De l’argent ? Des terres ? Des cadeaux ? Je suis pauvre, bien que jeux Ce n’est pas vrai que Dieu ne s’intéresse pas à vous. Vous dites ça pour y échapper, comme vous vous êtes caché derrière ces femmes. Mais Dieu vous découvrira. Et vous fera roi. C’est la voix de l’honnêteté. Écoute-la, Charles. Je pense que tu es arrivée juste à temps. Un instant jeux J’ai cru que vous étiez le Dauphin. Je suis son cousin, le duc d’Alençon. Je suis heureuse de te voir ici, mon beau duc. Plus nombreux serons-nous du sang royal de France, plus forte sera notre cause. Ne lui faites pas confiance, sire. J’essaye. Mais chaque fois que je la regarde dans les yeux, je crois qu’elle dit la vérité. Raison de plus de se méfier. Gentil Dauphin, si je vous dis en secret des choses sues de Dieu seul et de vous-même, me croirez-vous son envoyée ? Viens, Jeanne. Nicolas, dételle la charrue ! Apporte ton cheval ! Viens rejoindre l’armée de la Pucelle ! La Pucelle ? Elle n’a pas d’armée ! Elle en aura bientôt une ! Allez viens, Nicolas ! Joins-toi à notre cause ! Vive la Pucelle ! Vive la Pucelle ! Il arrive des hommes par milliers. Le nom de la Pucelle est magique. Mon peuple y croit. Qu’est-ce qui nous retient, alors ? Pourquoi attendre ? Pourquoi ? L’armée est rassemblée. Les hommes affluent de partout. Or et bijoux ont été déterrés et versés au Trésor. Grains et bêtes que nous ne pouvions acheter nous sont offerts. Vous nous avez ordonné de lever une armée, nous l’avons fait. Mais vous ne nous avez toujours pas donné l’ordre de marche ! Je ne pouvais pas avant que la fille ait été examinée par l’archevêque et les religieux. Mais l’examen est terminé. Vingt prêtres compétents et loyaux l’ont examinée pendant trois semaines à Poitiers. Ils ont envoyé à Domrémy et à Vaucouleurs pour recueillir des témoignages. L’Église à déclaré Jeanne vierge, pieuse et de coeur pur, et cela tout à fait officiellement. Oui, mais bien que nous n’ayons trouvé que du bon en elle,



Remonter